lundi 24 août 2015

Des salins très flashy

J'y étais allée l'année dernière et j'avais rapporté des photos qui, à ce moment-là, me convenaient. Elles sont visibles ICI. Puis j'y suis retournée cette année et j'ai vu les choses différemment. Vraiment différemment.
Plus de punch!

1

2

3

4

5


Avec un ciel plus doux?

6

7

8

Belle semaine à vous!

samedi 22 août 2015

La vie est facile ne t'inquiète pas

Quatrième de couverture:

"Alors que j'étais inconsolable, il m'avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J'avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J'étais prête à m'ouvrir aux autres."

Depuis un an que Diane est rentrée d'Irlande, elle a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l'aide de Félix, elle s'est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. 
C'est là, aux "Gens heureux lisent et boivent du café", son havre de paix, qu'elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné, et surtout il comprend son refus d'être mère à nouveau. Car Diane sait qu'elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille.

Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s'effondrer les unes après les autres.

Aura-t-elle le courage d'affronter un autre chemin ?




Ma lecture: 

C'est la suite d'un fameux n°1 qui a très bien marché(voir ICI). Voilà une lecture agréable, qui fait du bien et transmet un certain optimisme. On passe sur certains clichés:
- le mec trop gentil dont elle se détourne (on sait d'emblée que ce sera avec un autre qu'elle vivra), 
- le courage de changer de vie est tout relatif quand l'argent est là, etc...

C'est un peu la bibliothèque rose pour un public adulte et féminin. 


Lecture pour Virginie B

samedi 15 août 2015

Le poids du papillon

Quatrième de couverture:

Quelque part dans les Alpes italiennes, un chamois domine sa harde depuis des années. D’une taille et d’une puissance exceptionnelles, l’animal pressent pourtant que sa dernière saison en tant que roi est arrivée, sa suprématie est désormais menacée par les plus jeunes. En face de lui, un braconnier revenu vivre en haute montagne, ses espoirs en la Révolution déçus, sait lui aussi que le temps joue contre lui. À soixante ans passés, sa dernière ambition de chasseur sera d’abattre le seul animal qui lui ait toujours échappé malgré son extrême agilité d’alpiniste, ce chamois à l’allure majestueuse. Et puis, face à ces deux forces, il y a la délicatesse tragique d’une paire d’ailes, cette «plume ajoutée au poids des ans». Le poids du papillon, récit insolite d’un duel entre l’homme et l’animal, nous offre une épure poétique d’une très grande beauté. Erri De Luca condense ici sa vision de l’homme et de la nature, nous parle de la montagne, de la solitude et du désir pour affirmer plus que jamais son talent de conteur, hors du temps et indifférent à toutes les modes littéraires.


Ma lecture: 

Je ne connaissais pas cet auteur et j'ai eu plaisir à le découvrir! Une écriture très poétique, une proximité avec la Nature, les arbres, la montagne... Tous ces éléments m'ont fait penser à Giuseppe Penone qui est également italien (voir ICI). Un livre qui se lit très vite. Ce serait dommage de passer à côté sans s'arrêter! 

Une lecture pour Virginie B


lundi 10 août 2015

Visite au MUCEM

Une escapade d'une journée vers Marseille pour visiter le fameux Mucem et la Friche de La Belle de Mai. 

Quelques photographies.

D'abord avec des couleurs punchies!

1

2

Puis le N&B bien contrasté que j'aime tant!

3

4



5

6

samedi 8 août 2015

Ça aussi, ça passera

Quatrième de couverture:

C'est l'été, la saison préférée de Blanca. Après le décès de sa mère, elle quitte Barcelone pour s'installer dans la maison de vacances familiale de Cadaqués. Sur cette terre riche des souvenirs de son enfance, sous le soleil de la Méditerranée, elle cherche l'apaisement. Mais elle ne part pas seule, une troupe disparate et invraisemblable l'accompagne : ses deux ex-maris, les fils qu'elle a eus d'eux, ses amies Sofía et Elisa, son amant Santi et, bien entendu, sa mère défunte, à qui elle ne cesse de parler par-delà la mort, tant cette disparition lui semble difficile et inacceptable. 
   Les baignades, les promenades en bateau et les siestes dans le hamac vont se succéder, tout comme ces longs dîners estivaux au cours desquels les paroles s'échangent aussi facilement que les joints ou les amours. Les souvenirs affleurent alors, faisant s'entrelacer passé et présent. Blanca repense à cette mère fantasque, intellectuelle libre et exigeante, qu'elle a tant aimée et tant détestée. Elle lui écrit mentalement une lettre silencieuse et intense dans laquelle elle essaie de faire le bilan le plus honnête de leur relation douloureusement complexe. 
   Elle lui dit avec ses mots tendres, drôles et poignants que face à la mort elle choisit l'élégance, la légèreté, la vie. Elle lui dit qu'elle choisit l'été et Cadaqués car elle sait que ça aussi, ça passera. 
   Livre événement de la Foire de Francfort 2014, traduit et publié dans une trentaine de pays, ce deuxième roman de Milena Busquets est un petit prodige d'équilibre et d'intelligence.


Ma lecture:

   Il semblerait que ce roman ait eu grand succès au près du public, pas pour moi. Certes il se laisse lire mais il ne restera pas en mémoire bien longtemps. C'est pour se divertir à la plage. 
   Blanca est vient de perdre sa maman et tente de se réconforter comme elle peut. Cependant c'est plus simple quand on est rentière, qu'on part en vacances dans la maison de Cadaqués, quand quelqu'un garde et/ou nourrit les enfants quand on a envie d'aller dans le bar d'à côté, etc, etc, etc.... Une succession de scènes vraiment peu intéressantes ni émouvantes. C'est d'une platitude! Mais qui semble plaire... 


Lecture chez Virginie B




lundi 3 août 2015

Château La Coste

Une balade à faire si vous êtes dans la région.



Un circuit art & architecture autour des vignes.
Le détail avec de belles images est  ICI .



Juste le prix qui peut rafraîchir! 
Nous avons payé 15€ par personne.

Mon amie Nicole


La page FB

L'adresse: 2750 Route de La Cride Le Puy-Sainte-Réparade

Bonne visite!


mardi 28 juillet 2015

vendredi 24 juillet 2015

L’œil du siècle

Quatrième de couverture:

Le XXe siècle a été celui de l'image.
Henri Cartier-Bresson, photographe, né en 1908, est l'œil du siècle. Raconter sa vie, décrypter son œuvre, c'est d'abord écrire l'histoire d'un regard.
En déambulant dans son siècle, le regard de ce promeneur lucide a saisi la fascination de l'Afrique des années 20, croisé les destins tragiques des républicains espagnols, accompagné la Libération de Paris, capté la lassitude de Gandhi quelques heures avant son assassinat et témoigné de la victoire des communistes chinois.
Cartier-Bresson, c'est aussi l'assistant de Jean Renoir pour trois films majeurs. Un artiste qui se veut artisan et fonde néanmoins Magnum, la plus prestigieuse des agences de photo. C'est encore celui qui a fixé les traits de ses contemporains capitaux, Mauriac en lévitation mystique, Giacometti ou Sartre personnages de leur œuvre, Faulkner ou Camus, et tant d'autres saisis à l'instant décisif, autant de portraits pour l'éternité. 


Ma lecture:
Je suis ravie d'avoir lu cette biographie qui est très intéressante! Elle retrace avec détails le parcours de ce photographe depuis l'enfance jusqu'à sa disparition. C'est fouillé, précis, bien écrit! Un  régal! C'est un livre qui se lit comme un roman et que je vous invite à lire si vous avez la curiosité de découvrir ce photographe de renom. 
- HCB n'aimait pas le travail de labo. Ce qu'il aimait avant tout, c'était être dans l'action, dans la prise de vue.
- HCB ne goûtait guère la mise en scène et cherchait plutôt l'image prise sur le vif.
- HCB est l'un des fondateurs de l'agence MAGNUM.
- HCB refusait que ses photographies soient recadrées.




vendredi 17 juillet 2015

Musée des Beaux-Arts de Lyon

Le weekend dernier, je suis allée flâner au musée. Différents parcours sont offerts aux visiteurs et notamment, le plus récent: 10 ans d'acquisitions, 10 ans de passions.  D'autres parcours sont possibles et proposés, des documents sont à disposition à l'accueil. C'est vraiment une excellente idée! Ainsi soit on choisit de suivre l'un des parcours préparé par le musée, soit on se focalise sur telle ou telle période. 

J'avais pris mon appareil...







Et puis en Noir et Blanc







J'ai terminé par l'exposition George Adilon et Geneviève Asse



Une visite fort agréable que je vous recommande.


Profitons de l'été pour flâner dans les musées!